Archive for the ‘News’ Category

Chine : progrès remarquables dans les sciences et technologie

BEIJING, 9 octobre (Xinhua) — Le ministère chinois des Sciences et des Technologies a publié lundi un rapport indiquant les progrès rapides dans l’innovation scientifique et technologique.

Selon le rapport, le nombre de personnes en équivalent temps plein dans le domaine de la recherche et développement (RD) au sein des établissements d’enseignement supérieur de Chine était de 355.000 fin 2015, soit une augmentation de 46,7% par rapport à 2006.

Les fonds en RD fournis par les écoles et les universités ont presque atteint 100 milliards de yuans (15 milliards de dollars) en 2015, soit 2,6 fois de plus qu’en 2006.

En 2015, les écoles et les universités ont obtenu 136.000 brevets, dont 57.000 brevets d’inventions, soit 8,2 fois de plus qu’en 2006.

Le rapport a précisé que 573 des 1.762 écoles et universités avaient établi des institutions spéciales pour le transfert des réalisations technologiques.

Source: http://french.xinhuanet.com/2017-10/09/c_136667735.htm

Le télescope chinois FAST découvre deux pulsars

BEIJING, 10 octobre (Xinhua) — Après une période d’essai d’un an, le FAST chinois, le plus grand radiotélescope du monde à réflecteur unique, a identifié deux pulsars, a annoncé mardi l’Observatoire astronomique national de Chine (OANC).

Les deux pulsars, surnommés J1859-01 et J1931-01, se trouvent respectivement à 16.000 et 4.100 années-lumière de la Terre avec des périodes de rotation de 1,83 et 0,59 seconde.

Selon Li Di, scientifique en chef de l’OANC, les deux pulsars ont été identifiés respectivement le 22 et le 25 août, quand le FAST scannait le sud du plan galactique. La découverte a été confirmée plus tard par le télescope de 64 mètres de Parkes (Australie) en septembre.

Peng Bo, directeur adjoint du projet du FAST, a expliqué que trois à cinq ans étaient normalement nécessaires pour une période d’essai d’un radiotélescope aussi grand et compliqué que le FAST.

“Il est vraiment encourageant d’avoir obtenu ces résultats en un an”, a indiqué M. Peng.

Situé dans la dépression de Dawodang, un bassin karstique naturel dans le district de Pingtang, administré par la province du Guizhou (sud-ouest), le FAST (Five-hundred-meter Aperture Spherical radio Telescope) a été mis en service en septembre 2016.

La zone de réception du FAST est équivalente à 30 terrains de football.

Grâce aux principaux éléments du FAST, dont un réflecteur composé de 4.600 panneaux triangulaires, des astronomes sont capables de sonder l’hydrogène dans la Voie Lactée et d’autres galaxies, de détecter des milliers de nouveaux pulsars et d’étudier l’origine et l’évolution de l’univers.

Source: http://french.xinhuanet.com/2017-10/10/c_136669324.htm

SpaceX met sur orbite dix satellites dans l’espace pour Iridium

LOS ANGELES, 9 octobre (Xinhua) — La compagnie privée américaine de vols spatiaux SpaceX a lancé lundi depuis la Californie une fusée transportant dix satellites de communication au profit d’Iridium Communications, une société américaine spécialisée dans les communications par satellite.

La fusée Falcon 9 a décollé de la base aérienne de Vandenberg à 5h37 heure locale (12h37 GMT). Sept minutes plus tard, le premier étage du lanceur a atterri sur la barge automatisée “Just Read the Instructions” stationnée dans le Pacifique, a tweeté la compagnie d’Elon Musk.

Source: http://french.xinhuanet.com/2017-10/09/c_136667796.htm

Présentation du nom du premier brise-glace polaire construit par la Chine

SHANGHAI, 10 octobre (Xinhua) — Le premier navire de recherche polaire et brise-glace construit par la Chine a été baptisé Xuelong 2.

Les futurs brises-glaces chinois seront tous baptisés d’après le Xuelong (Dragon des neiges), a déclaré Yang Huigen, directeur de l’Institut de recherche polaire de Chine, lors d’une conférence de presse organisée mardi à Shanghai.

La construction de ce navire a débuté en décembre 2016, et il sera mis en service en 2019.

Le navire mesurera 122,5 mètres de long et 22,3 mètres de large et possédera un déplacement de 13.990 tonnes et une capacité de navigation de 20.000 milles nautiques. Il sera capable de briser les glaces polaires avec sa proue et sa poupe.

Conjointement conçu par la China State Shipbuilding Corporation et la société finlandaise Aker Arctic Technology, le navire sera construit par le Jiangnan Shipyard (Group).

La Chine dispose actuellement d’un seul brise-glace polaire en service, le Xuelong, qui a été acheté à une société ukrainienne en 1993.

Source: http://french.xinhuanet.com/2017-10/10/c_136669934.htm

Chine : un test de camions intelligents réalisé sur l’autoroute

CHANGCHUN, 10 octobre (Xinhua) — Un constructeur automobile chinois a accompli le premier test du pays sur l’autoroute du fonctionnement de poids lourds intelligents.

La FAW Jiefang Automotive Co., filiale du Groupe FAW, a annoncé mardi avoir testé trois camions de transport de conteneurs ayant une fonction de conduite automatique sur une section de l’autoroute Changchun-Shenzhen.

Les camions, chacun avec un poids de charge de 40 tonnes, sont capables de réaliser une régulation constante et automatique de la vitesse, un freinage et des alertes automatiques. Par ailleurs, son système “Lane Keeping Assist” rend possible la conduite automatique.

Hu Hanjie, PDG de l’entreprise, a déclaré que les véhicules à conduite intelligente représentaient la future tendance. L’entreprise projette de développer un nouvel modèle possédant une grande précision de localisation d’ici 2018 et de mettre en place un autre modèle connecté au réseau de communication 5G d’ici 2020.

D’ici 2025, cette entreprise a l’ambition de développer son camion à conduite automatique.

Etabli en 1956, le Groupe FAW a fabriqué le premier camion chinois. Depuis lors, il a produit au total 6 millions de véhicules. Au cours des neuf premiers mois de l’année, l’entreprise a vendu 198.000 véhicules, occupant la première place en Chine.

Source: http://french.xinhuanet.com/2017-10/10/c_136669852.htm

Le robot "Sophia" assiste à une réunion de l’ONU

NATIONS UNIES, 12 octobre (Xinhua) — Le robot humanoïde “Sophia” au siège des Nations unies à New York, le 11 octobre 2017. Sophia est venue assister à une réunion ayant pour thème “Le futur de tout – Le développement durable à l’ère des changements technologiques rapide”. (Photo : Li Muzi)


Source: http://french.xinhuanet.com/science/2017-10/13/c_136676064.htm

Le parquet chinois utilisera l’intelligence artificielle dans ses enquêtes

BEIJING, 12 octobre (Xinhua) — Le parquet suprême chinois a annoncé que les parquets du pays feraient davantage appel à la technologie lors de leurs enquêtes, notamment le big data et l’intelligence artificielle.

Cette mesure est destinée à aider la justice, a indiqué le Parquet populaire suprême (PPS).

Le PPS a indiqué que davantage de technologie moderne serait également utilisée dans la préparation des procès, les procès au tribunal et pour un soutien administratif.

Cette assistance numérique offrira aux parquets du pays davantage de précision et d’objectivité, selon le PPS.

Le PPS a également promis de développer davantage d’appareils de traduction, en particulier pour les langues tibétaine, ouïgoure et mongole, soulignant l’importance de la traduction lors du travail préliminaire.

Source: http://french.xinhuanet.com/2017-10/12/c_136674811.htm

Brexit : les négociations sur les finances sont dans “une impasse”

Michel Barnier, négociateur en chef de l’Union européenne pour le Brexit, a déclaré jeudi que les discussions étaient “dans une impasse” sur la question de la facture dont Londres devra s’acquitter en vue de son divorce avec Bruxelles.

La facture du Brexit divise toujours. Alors que les chefs d’État et de gouvernement des Vingt-Sept se réunissent en sommet dans une semaine, le négociateur en chef de l’Union européenne (UE) pour le Brexit, Michel Barnier, s’est montré, jeudi 12 octobre, particulièrement pessimiste sur la situation. Il a souligné que la partie britannique n’était toujours pas encline à annoncer combien elle était prête à payer en règlement de ses engagements financiers.

“Pour ce qui est de cette question, nous sommes dans une impasse, ce qui est très inquiétant pour des milliers de projets partout en Europe et aussi inquiétant pour ceux qui y contribuent”, a-t-il dit lors d’une conférence de presse, ajoutant que l’UE était prête à faire face à toutes les éventualités, tout réaffirmant qu'”une absence d’accord serait un très mauvais accord”.

À lire : Brexit : Theresa May veut une transition “douce et ordonnée” sur deux ans

Selon lui, il est, par conséquent, impossible pour l’instant de lancer la deuxième phase des discussions prévues lors du sommet entre le Royaume-Uni et l’Union européenne quant à leur futures relations commerciales.

Tous les scénarios envisagés, dont l’absence d’accord

Son interlocuteur britannique David Davis, qui s’exprimait lors de la même conférence de presse, a confirmé qu’il restait “beaucoup de travail à faire”. Il a ajouté que Londres se préparait à tous les scénarios, y compris celui d’une absence d’accord avec Bruxelles.

Le ministre britannique du Brexit a cependant fait part de sa confiance sur la possibilité de trouver prochainement un accord sur la question des droits des expatriés européens.

À voir : “Les Britanniques ont lancé une pierre et essaient de la rattraper”

Les Européens réclament des “progrès suffisants” sur les principaux contentieux du divorce (facture du Brexit, droits des ressortissants européens au Royaume-Uni et britanniques dans l’UE, frontière nord-irlandaise) avant de lancer les négociations sur une éventuelle période de transition et des futures relations commerciales entre Londres et les Européens.

Londres aimerait mener les deux phases de concert. David Davis a répété jeudi que les Britanniques étaient prêts à engager les discussions sur la relation future entre Londres et l’UE.

Avec Reuters

Première publication : 12/10/2017

Source: http://www.france24.com/fr/20171012-brexit-londres-bruxelles-negociations-finances-impasse-barnier-facture

Macron souhaite réorganiser le monde agricole

Emmanuel Macron a séduit les acteurs du monde agricole lors de son grand oral à Rungis, mercredi. Davantage grâce à sa vision de l’avenir du secteur que par ses annonces.

Emmanuel Macron avançait en terrain agricole miné, mercredi 11 octobre, lors de son grand oral devant le monde agricole. Le patron de l’enseigne de grandes surfaces Leclerc, Michel-Édouard Leclerc, avait mis en garde contre une “guerre des prix” qui desservirait les consommateurs. Un avertissement qui avait déclenché la fureur des syndicats d’agriculteurs qui voient dans la grande distribution l’un des responsables des difficultés financières du monde agricole et réclament un coup de pouce de l’État.

Face à ces attentes, le président a parlé… et a séduit. La confédération paysanne s’est déclaré “globalement satisfaite”, la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) a “apprécié” la compréhension d’Emmanuel Macron des “enjeux” et Michel-Édouard Leclerc s’est “retrouvé dans l’analyse” du chef de l’État.

“Tout le monde est content”

Un exploit. Car Emmanuel Macron n’a “pas annoncé de mesures particulières qui sont reportées à début 2018”, souligne Vincent Chatellier, ingénieur de recherche à l’Institut national de la recherche agricole (Inra) et spécialiste de l’économie des filières agricoles, contacté par France 24. Mais l’essentiel est ailleur, d’après le chercheur: “Tout le monde est content, parce que le président leur donne l’occasion de s’exprimer”. Le président Macron a réussi à convaincre tous les acteurs du secteur à se mettre autour de la table des négociations. En ces temps de mauvaise passe pour les agriculteurs, “engager une réflexion commune sur la situation est opportun”, estime-t-il

L’agriculteur français voit, en effet, ses revenus moyens se détériorer. En cause : “le prix des matières premières baisse, il y a une érosion des subventions européennes à certaines catégories d’exploitants, l’agriculture subit les aléas climatiques (2016 a été la pire année en plus de vingt ans pour les céréaliers) et la concurrence de pays européen comme l’Allemagne, les Pays-Bas ou encore l’Espagne, devient plus forte”, résume Vincent Chatellier.

À lire aussi sur France 24 : “Salon de l’agriculture 2017 : ‘On n’attend plus rien des politiques’ “

Mais Emmanuel Macron ne s’est pas contenté de jouer les psychothérapeutes de groupe pour libérer la parole d’un secteur sur la défensive. Il a aussi tenté de fixer un cap avec cette phrase reprise par tous les médias : “nous modifierons la loi pour inverser la formation du prix qui partira du coût de production”.

Elle semble indiquer la volonté de renverser l’équilibre des forces, au profit des producteurs agricoles pour leur permettre de mieux négocier les prix avec les quatre centrales françaises d’achat. Pas si vite, répond Vincent Chatellier. Un tel scénario serait difficile à mettre en pratique. “Certes, le gouvernement veut donner un peu plus de pouvoir aux organisations d’agriculteurs, mais si elles décalent trop le prix, les grandes enseignes vont simplement aller acheter les produits ailleurs”, analyse cet expert.

Le consommateur va payer

Pour lui, Emmanuel Macron précise surtout le champ des possibles de sa politique. Faute de moyens, il ne peut pas augmenter les subventions. Il ne peut non plus agir dans les domaines où la politique agricole commune (PAC) fixe les règles, et n’a pas le pouvoir d’influencer la concurrence internationale. Il ne reste donc plus qu’un seul levier : le prix des produits pour le marché national. D’où sa volonté de changer la donne du dialogue entre producteurs agricoles et grandes enseignes.

Le chef de l’État a donné deux pistes pour démarrer les négociations. Il a évoqué un encadrement des promotions dans la grande distribution. Autrement dit, il veut déterminer jusqu’où les grandes surfaces peuvent brader les prix sans appauvrir les producteurs. L’autre chantier concerne les reventes à perte. Dans certains cas, encadrés par la loi, les enseignes peuvent proposer des prix de vente inférieurs à la valeur d’achat auprès des producteurs. Ces derniers réclament que le seuil (prix en dessous duquel les magasins ne peuvent pas descendre) soit relevé.

“Il ne faut pas se leurrer, le coût de ces réformes serait supporté par les consommateurs”, note l’ingénieur de l’Inra Vincent Chatellier. Ces changements se traduiraient par moins de bonnes affaires dans les supermarchés.

En définitive, son approche pour le monde agricole est la même que pour la réforme fiscale. Dans un cas, la baisse de l’imposition des plus riches est censée les inciter à investir davantage dans les entreprises. Dans l’autre, les grandes surfaces vont améliorer leurs marges grâce à des promotions plus chères et le gouvernement espère qu’elles vont ensuite reverser le surplus aux producteurs. Dans les deux cas, l’État, à court d’argent, compte sur ceux qui en ont pour dépenser plus. Pour Vincent Chatellier, “c’est un pari” dans chacune des options.

Première publication : 12/10/2017

Source: http://www.france24.com/fr/20171012-france-economie-macron-exploitants-agriculture-grande-surface-prix-reforme

Présentation du nom du premier brise-glace polaire construit par la Chine

SHANGHAI, 10 octobre (Xinhua) — Le premier navire de recherche polaire et brise-glace construit par la Chine a été baptisé Xuelong 2.

Les futurs brises-glaces chinois seront tous baptisés d’après le Xuelong (Dragon des neiges), a déclaré Yang Huigen, directeur de l’Institut de recherche polaire de Chine, lors d’une conférence de presse organisée mardi à Shanghai.

La construction de ce navire a débuté en décembre 2016, et il sera mis en service en 2019.

Le navire mesurera 122,5 mètres de long et 22,3 mètres de large et possédera un déplacement de 13.990 tonnes et une capacité de navigation de 20.000 milles nautiques. Il sera capable de briser les glaces polaires avec sa proue et sa poupe.

Conjointement conçu par la China State Shipbuilding Corporation et la société finlandaise Aker Arctic Technology, le navire sera construit par le Jiangnan Shipyard (Group).

La Chine dispose actuellement d’un seul brise-glace polaire en service, le Xuelong, qui a été acheté à une société ukrainienne en 1993.

Source: http://french.xinhuanet.com/2017-10/10/c_136669934.htm