La Chine envisage de lancer davantage de satellites quantiques

BEIJING, 10 août (Xinhua) — Maintenant que les scientifiques chinois ont réalisé toutes les expériences qu’ils avaient planifiées avec le premier satellite quantique du monde, ils sont en train de mettre au point de nouvelles recherches, visant à lancer davantage de satellites quantiques afin d’établir un réseau mondial de communication quantique à l’abri du piratage informatique.

La Chine a lancé le 16 août 2016 le satellite, le Quantum Experiments at Space Scale (QUESS), aussi appelé “”Micius”, nom d’un ancien philosophe et scientifique chinois du 5e siècle.

Ses trois objectifs scientifiques principaux, à savoir la distribution quantique de clé, la distribution d’intrication quantique et la téléportation quantique, ont été atteints un an plus tôt que prévu, et des articles à ce propos ont été publiés dans les journaux académiques Science et Nature.

La durée de vie de Micius est de deux ans. Les scientifiques chinois pourront donc mener de nouveaux projets et prolonger les expérimentations avec le satellite.

Pan Jianwei, scientifique en chef du QUESS et membre de l’Académie des sciences de Chine (ASC), a fait savoir que l’équipe coopérera avec des scientifiques en Europe pour mener la distribution quantique de clé intercontinentale.

Les scientifiques mènent actuellement des expériences de ce type à Graz, en Autriche. D’ici fin août, ils seront capables de passer un appel quantique intercontinental sécurisé depuis une station chinoise, a annoncé M. Pan.

Ils vont aussi mener des recherches de distribution quantique de clé intercontinentale avec l’Allemagne et l’Italie. Les stations au sol dans les deux pays seront prêtes à la fin de l’année 2017, selon M. Pan.

Les expériences intercontinentales montrent que Micius peut fonctionner non seulement avec les installations chinoises, mais aussi avec les installations d’autres pays, a-t-il ajouté.

Les scientifiques chinois projettent également de réaliser une distribution longue distance basée sur l’intrication quantique, qui sécurise davantage l’actuelle distribution quantique de clé. M. Pan espère que cela peut être terminé à la fin de cette année.

L’objectif à long terme de l’équipe scientifique chinoise est d’établir un réseau mondial de communication quantique.

Peng Chengzhi, ingénieur en chef du système d’application scientifique de QUESS, explique que l’orbite terrestre basse du satellite limite en temps et en superficie la fenêtre opérationnelle de chaque station au sol. Il faut plusieurs jours à Micius, sur son orbite à 500 km d’altitude, pour survoler à nouveau chaque point sur Terre.

“Pour augmenter la couverture, nous envisageons d’envoyer des satellites à des orbites plus hautes et de construire une constellation de satellites, ce qui exige de développer de nombreuses nouvelles technologies”, explique Wang Jianyu, commandant en chef du satellite.

Actuellement, Micius ne peut réaliser des communications quantiques que dans l’ombre de la Terre. Il ne travaille que la nuit pour éviter les interférences dues aux rayons du soleil.

(contact du rédacteur : xinhuafr@xinhua.org)

Source: http://french.xinhuanet.com/2017-08/10/c_136515417.htm

Be the first to leave a comment. Don’t be shy.

Join the Discussion

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <pre lang="" line="" escaped="" highlight="">