La Chine met l’accent sur l’exploration pacifique de l’espace

BEIJING, 7 juin (Xinhua) — La Chine souhaite améliorer les infrastructures spatiales et développer les sciences de l’espace, en vertu du principe de création d’une coopération pacifique dans l’espace, a indiqué un dirigeant de l’industrie.

Wu Yansheng, président de la China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC), s’est exprimé ainsi lors de la Conférence mondiale sur l’exploration spatiale (GLEX 2017) qui a débuté mardi à Beijing.

La Chine continuera de proposer des services à d’autres pays, dont des lancements commerciaux internationaux et l’envoi de satellites en orbite, a-t-il indiqué.

Selon M. Wu, la Chine envisage d’établir une station spatiale vers 2022 et de lancer la sonde Chang’e-5 fin 2017 afin de collecter des échantillons lunaires.

La Chine projette en outre d’envoyer une sonde vers Mars aux alentours de 2020 et de lancer la sonde lunaire Chang’e-4 pour un atterrissage en douceur sur la face cachée de la Lune en 2018, a-t-il poursuivi.

La Chine travaille également sur un concept d’alunissage habité.

La mission se composera d’un vaisseau, d’un véhicule à propulsion et d’un module de descente lunaire. Le vaisseau habité et le module lunaire seront placés séparément en orbite lunaire, selon M. Wu.

La conférence, qui s’achèvera jeudi, a été conjointement organisée par la Fédération internationale d’astronautique (FIA) et la Société chinoise d’astronautique et fait suite à la conférence GLEX 2012 organisée à Washington D.C.

Des ingénieurs spatiaux internationaux et des représentants de grandes sociétés aérospatiales, dont Boeing, Lockheed Martin et Airbus, ont participé à la conférence.

Comments are closed.