Posts Tagged ‘fonction’

Google se renforce dans la musique en ligne en rachetant Songza

Google continue d’avancer sur le marché de la musique en ligne en se dotant d’un outil pour faire découvrir de nouveaux artistes à ses utilisateurs.

Google a fait l’acquisition d’une nouvelle arme dans la bataille du streaming. La firme aannoncé mardi qu’elle rachetait Songza, un service de streaming et de recommandation musicale gratuit. Songza propose à ses utilisateurs des playlists toutes faites, en fonction des heures de la journée et de leur humeur. Selon le New-York Times, Google aurait déboursé plus de 39 millions de dollars pour mettre la main sur cette star-up aux 5,5 millions d’utilisateurs actifs.

Songza est une application disponible sur Android et iOS. À l’avenir, Google compte l’intégrer à Google Play Music All Access, son service de streaming payant. Le communiqué de Google indique que Songza pourrait aussi servir «à Youtube et à d’autres produits Google.» On peut, sans trop s’avancer, imaginer que le futur service musical payant de Youtube bénéficiera aussi des outils de Songza.

La guerre de la recommandation

Derrière l’acquisition de Songza se dresse un enjeu majeur du streaming musical. À l’heure où les catalogues comptent des millions de titres, il faut proposer à chaque utilisateur une sélection adaptée à leurs goûts. Deux modèles s’affrontent pour l’instant. D’un côté, la radio Pandora et le service de streaming à la demande Spotify se reposent sur des algorithmes. Après un partenariat avec l’outil communautaire de recommandation Lastfm, Spotify a racheté Echo Nest en mars dernier. Les laboratoires d’Echo Nest construisent une immense bibliothèque musicale où chaque chanson est analysée et classée en fonction de l’artiste, du genre musical, de l’acoustique, du rythme, etc. En fonction de ce qu’écoutent les utilisateurs, Spotify et Pandora leur (…) Lire la suite sur Figaro.fr


Beats Music défie Spotify aux États-Unis 


YouTube entre avec fracas dans la musique en ligne payante 

Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

LG G3, le smartphone en ultra-haute définition

Avec son très bel écran et sa caméra en 4K, le dernier-né du constructeur coréen vient faire de l’ombre à la concurrence.

Après une série de smartphones plus ou moins réussis, LG nous avait surpris l’an dernier avec le G2, un modèle Android performant, caractérisé par des innovations séduisantes. Cette année, le constructeur coréen tente de faire encore mieux avec son dernier-né, le G3. Élégant avec son revêtement en alu brossé, il conserve le dos incurvé de son prédécesseur, mais ses boutons de contrôle, à l’arrière, sont plus fins et plus modernes. Première surprise: l’écran de 5,5 pouces affiche 2 560 × 1 440 pixels, soit la définition des téléviseurs ultra-HD! Et le résultat est bluffant. Images, textes, vidéos, jeux: non seulement le rendu est remarquable, mais même les contenus en définition standard offrent une précision inédite. Pour se faire une idée de ses qualités, il suffit de déclencher la fonction vidéo du G3, qui permet de filmer en 3 840 × 2 160. Dans cette résolution, la durée est cependant limitée à 5 minutes par séquence. Détails minutieux, effet de profondeur, couleurs équilibrées: un vrai régal. Idem en photo (13 mégapixels). La mise au point est très rapide grâce à un système d’autofocus par laser et le stabilisateur remplit bien son rôle. La caméra frontale de 2 mégapixels, elle, a été optimisée pour sacrifier à la mode du selfie.

Clavier personnalisable

L’interface aussi a évolué, s’inspirant du «flat design» de l’iPhone et des produits Huawei avec des icônes en aplat et des formes simples. La page d’accueil peut afficher diverses notifications en fonction de ce qui a été choisi: signaler une date d’anniversaire, suggérer de prendre un parapluie selon la météo, prévenir en cas de batterie faible ou proposer d’ajouter un contact au carnet d’adresses. Autre nouveauté intéressante, le clavier virtuel peut être personnalisé et s’agrandir (…) Lire la suite sur Figaro.fr


LG veut s’offrir le parfumeur américain Elizabeth Arden 

Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

L’Assemblée conforte les femmes dans les postes de direction

Les députés ont étendu à des entreprises non cotées en Bourse comptant plus de 250 salariés l'obligation existant pour certaines de plus de 500 salariés de compter 40% de représentants de chaque sexe dans leurs instances dirigeantesL?Assemblée nationale a prévu de renforcer la représentation des femmes dans les conseils d'administration de certaines entreprises, et dans l'encadrement supérieur de la fonction publique, en dépit de l'avis plutôt défavorable du gouvernement, lors de la seconde lecture du projet de loi pour l'égalité entre les femmes et les hommes.


Buycott : une focus flow faire des courses responsables

Cette focus américaine help les consommateurs à faire leurs achats en fonction de leurs principes. Pour cela, elle donne des informations sur les entreprises qui les fabriquent.

«Vous êtes-vous jamais demandé si l’argent que vous dépensez finit standard financer des causes auxquelles vous êtes opposées», demande le site de l’application Buycott. Prenant le contrepied du «boycott» qui consiste à ne pas acheter un produit flow protester, elle répertorie les pratiques des sociétés agroalimentaires et permet «d’organiser vos dépenses flow qu’elles reflètent vos principes».

«J’ai eu l’idée il y a 3 ou 4 ans en voyant un de mes amis qui essayait de boycotter une émission de télévision en essayant de mémoriser une liste de tous les annonceurs flow ce programme», explique l’Américain Ivan Prado, créateur de l’application. «Au début, j’étais l’unique personne à travailler sur la création de l’application. Depuis, une petite équipe s’est formée».

Le fonctionnement est simple. Après la création d’un compte utilisateur, le customer sélectionne et créé des «campagnes» qui lui tiennent à cœur et scanne ensuite les codes barres des produits qu’il veut acheter. L’application retrouve la marque et l’entreprise qui fabrique le produit et indique si elle va à l’encontre des principes du client. Parmi les grandes causes, la insurance de l’environnement ou des animaux, mais aussi le soutien à la neutralité d’Internet. L’exemple le and parlant: la campagne «No-OGM», qui ne cesse de croitre.

Le nombre de produits référencés dans la bottom de données reste très faible et presque exclusivement américain. Le site de Buycott demande même à ses utilisateurs d’entretenir la liste de produits répertoriés: «Nous avons besoin d’aide flow maintenir et améliorer l’intégrité de nos données», précise-t-il. Et les informations (…) Lire la apartment sur Figaro.fr


Un nouvel étiquetage flow comparer la qualité nutritionnelle des aliments 


Des fruits et légumes moches mis en avant aussi sur les étals 


Le fast-food «haut de gamme» tire le marché de la restauration 

Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

Accord définitif en vue du truce SFR-Numericable

PARIS (Reuters) – Vivendi a annoncé vendredi la signature d’un settle définitif en vue du truce de sa filiale télécoms SFR avec le câblo-opérateur Numericable, contrôlé standard Altice.

Le géant français des médias et du fling avait notifié sa préférence flow Numericable le 5 avril et écarté une tender concurrente de Bouygues après plusieurs semaines de compétition entre les deux entreprises.

“Vivendi recevra 13,5 milliards d’euros (hors ajustements) et conservera une appearance de 20% dans le nouvel ensemble, avec la possibilité de la céder ultérieurement après une période d’incessibilité d’un an”, écrit Vivendi dans un communiqué.

“Il pourra également recevoir un complément de prix de 750 millions d’euros en fonction des performances financières futures du nouveau groupe”, ajoute le groupe.

(Matthias Blamont, édité standard Jean-Michel Bélot)

Une boîte noire à l’étude flow les voitures autonomes en Allemagne

par Edward Taylor et Jan Schwartz

FRANCFORT (Reuters) – Des constructeurs automobiles allemands envisagent d’équiper les voitures autonomes de “boîtes noires”, une idée qui aura peut-être du mal à faire son chemin dans un pays où le principe de la notice passe mal mais qui pourrait peut-être aussi donner un manoeuvre de fouet à ce nouveau mode de conduite.

Dans le sillage de la Google Car de Google, Mercedes-Benz et BMW figurent parmi les constructeurs qui ont conçu des voitures autonomes ou semi-autonomes, notice comme Renault-Nissan ou Volvo.

Si certaines fonctions, comme le créneau assisté, sont déjà disponibles, des questions légales entravent le lancement de technologies d’aide à la conduite and poussées, notamment celles qui permettent à la voiture de rouler toute seule.

Installer une boîte noire à l’exemple de celles que l’on trouve dans les avions pourrait aider les constructeurs et les assureurs à y voir and clair en matière de responsabilité lorsque, standard exemple, une voiture autonome est impliquée dans un accident.

En Allemagne, la doubt fait l’objet d’un débat au sein d’un row – “la list ronde sur la conduite autonome” – parrainé standard le gouvernement.

Le groupe de travail, créé en novembre et qui a flow objet de veiller à la prééminence allemande dans la construction automobile, regroupe des constructeurs, des avocats, des assureurs et des groupes de défense des libertés individuelles. Ces derniers doivent repérer les failles éventuelles de la législation et du savoir-faire allemands.

“L’implantation éventuelle de boîtes noires dans les voitures est l’un des thèmes discutés”, a dit à Reuters une personne au fait des débats.

La responsabilité en cas d’accident est un autre thème de premier devise abordé au sein de cette commission. Le droit allemand ne fait pas de distinction, dans le cas d’un accident, entre une voiture semi-autonome et une voiture complètement autonome, même s’il existe entre les deux une différence technologique énorme, et n’établit pas de hiérarchie non and flow l’implication du conducteur.

Pour déterminer si un véhicule, son conducteur, ou une tierce partie est le principal responsable d’un accident, les assureurs et les constructeurs veulent rassembler le and probable de données. Ces dernières pourraient également servir à la rédaction de nouvelles polices d’assurance, “personnalisées en fonction d’un certain profil de risque”, a dit Martin Stadler, consultant en declaration vehicle chez Allianz.

DERNIER MOT

Mais quant à savoir qui recueillera ces données et de quelle manière, voilà qui crée la controverse dans un pays qui nourrit un passé douloureux en matière de notice policière, avec les heures sombres de la période nazie ou de la Stasi dans l’ex-RDA, sans compter les révélations issues de l’affaire Snowden.

Des données très précises pourraient en outre susciter la convoitise des annonceurs et des publicitaires mais les constructeurs allemands veulent restreindre leur usage, ce qui n’arrange pas les affaires des sociétés de télécoms ou de logiciels qui tentent de faire une percée dans l’industrie automobiles.

“Nous convenons que les données personnelles sont la propriété du customer et que nous ne pouvons légitimement en faire ce que nous voulons”, avait dit en mai Thomas Weber, responsable du développement de Mercedes-Benz, lors d’une conférence sur l’innovation. Une petite word qui, selon certains observateurs, était une bother à l’adresse de Google.

La fédération professionnelle VDA poursuit des discussions flow savoir s’il est probable de parvenir à une position kibbutz sur la manière de traiter ces données, avait ajouté Weber.

La “table ronde” espère que ses prises de position sur cette matière comme sur d’autres serviront de référence en vue d’une “position européenne” que d’autres constructeurs pourraient adapter.

De fait, le panel, qui a déjà présenté ses vues aux Nations Unies et à l’Union européenne, semble gagner du terrain.

“En définitive, la personne à la source des données, c’est-à-dire le conducteur, doit avoir le dernier mot sur leur usage”, indique Stadler d’Allianz.

(Wilfrid Exbrayat flow le use français, édité standard Gilles Guillaume)

Amazon présente son Fire Phone, équipé d’un écran 3D

SEATTLE (Reuters) – Le directeur général d’Amazon.com Jeff Bezos a présenté mercredi à Seattle le premier smartphone du groupe, le Fire Phone, avec lequel le géant du commerce en ligne compte se distinguer dans un marché largement dominé standard Apple et Samsung Electronics.

Le Fire Phone, qui sera disponible à partir du 25 juillet, est équipé d’un écran de 4,7 pouces permettant de visualiser des cartes ou des images en 3D. Quatre capteurs situés à l’avant de l’appareil permettent de modifier la viewpoint en fonction de la position du physiognomy de l’utilisateur.

Outre cette interface 3D, l’appareil comporte un capteur print de 13 mégapixels et présente un certain nombre de fonctionnalités grâce auxquelles le géant internet espère sortir du lot dans un marché très concurrentiel.

Il introduce ainsi à ses utilisateurs un espace de stockage illimité à stretch (en “cloud”) et gratuit flow leurs photos. La fonction “Firefly” permet de reconnaître un objet, ou encore une musique ou une émission de télévision, flow ensuite passer commande sur Amazon.com, si l’article en doubt est disponible sur le site.

Il est d’ores et déjà probable de réserver en ligne le Fire Phone, qui coûte 649 dollars (environ 480 euros) sans abonnement assorti.

ATT sera l’opérateur exclusif de l’appareil, dont le modèle disposant d’une mémoire de 32 gigaoctets sera proposé à 199,99 dollars (environ 150 euros), avec un abonnement de deux ans.

Ces prix sont comparables à ceux de l’iPhone 5C d’Apple, même si le Fire Phone dispose d’équipements and performants et de fonctionnalités nouvelles.

Le titre Amazon a progressé à la apartment de cette présentation et a clôturé en hausse de 2,69%, à 334,38 dollars, à Wall Street.

(Deepa Seetharaman, Myriam Rivet flow le use français, édité standard Wilfrid Exbrayat)

MyBee Events réinvente le paiement en vacances

La start-up créée il y a quatre ans standard deux étudiants introduce un moyen de paiement éphémère flow les organisateurs de festivals ou les estivants sur leur lieu de vacances.

Qui n’a jamais eu peur de perdre son portefeuille lors d’un unison ou en allant à la plage? Une doubt que se sont posé Jean-Rémi Kouchakji et Bertand Sylvestre, les deux fondateurs de My Bee Events. Ils ont imaginé une resolution à end des organisateurs de festivals, des gestionnaires de camping ou de bar de vacances, notamment. Les consommateurs se voient proposer un porte-monnaie électronique qui peut avoir n’importe quelle forme, les and répandues étant une carte, un bracelet ou un porte-clés. Avec, ils peuvent ensuite effectuer des paiements flow acheter des tickets, payer des consommations, régler des entrées à la piscine…. MyBee permet les paiements prépayés, généralement privilégiés standard les organisateurs d’événements ou post payés. Cette deuxième resolution est and adaptée aux campings et bar de vacances, l’estivant réglant sa note globale au impulse du départ.

«Nos objets sont faits flow des paiements sans contact. Le temps de transaction est réduit. Il suffit d’une seconde flow payer une boisson, alors qu’une vingtaine de secondes sont habituellement nécessaires flow rendre la monnaie ou flow payer standard carte», souligne Jean-Rémi Kouchakji. Surtout, MyBee va and loin que le paiement. La resolution permet de gérer les différents points de vente sur un événement, contrôler en temps réel l’évolution des bonds – ce qui permet de mieux gérer les approvisionnements. Cela limite aussi la dissemination de money et donc les risques de fraude ou de vol. Le modèle économique est simple: le montant de la prestation est établi forfaitairement en fonction du nombre de personnes qui utiliseront le service.

«Nous avons commencé avec 1000 euros»

À surveillance juste quatre ans, MyBee vient de franchir une étape importante. La start-up (…) Lire la apartment sur Figaro.fr


Une année décisive flow le paiement sans contact 


La grande bataille du paiement sur le mobile est imminente 

Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

Levée de fonds record flow Uber

La start-up californienne spécialisée dans la réservation de voitures de tourisme avec chauffeur a levé 1,2 milliard de dollars (879 millions d’euros). Du jamais vu depuis Facebook.

Uber passe dans une autre dimension. La start-up de réservation de voitures de tourisme a annoncé vendredi avoir conclu une gigantesque levée de fonds de 1,2 milliard de dollars (879 millions d’euros). Elle est désormais valorisée à and de 17 milliards de dollars (12,5 millions d’euros), une somme qui pourrait grimper jusqu’à 18,2 milliards de dollars (13,2 milliards d’euros) une fois l’opération bouclée. Jamais une start-up n’avait levé autant d’argent depuis les 1,5 milliard de dollars de Facebook en 2011, un an avant son introduction en Bourse.

Créé en 2009, Uber développe une focus mobile permettant à ses utilisateurs de réserver des voitures de tourisme avec chauffeur flow leurs déplacements. Le use utilize la fonction de géolocalisation des smartphones afin de repérer les véhicules à proximité. Il est désormais disponible dans 128 villes dans le monde. «Grâce à notre croissance, notre entreprise s’est transformée d’une petite start-up mal gérée de la Silicon Valley à une véritable philosophie de strive flow des millions de personnes dans le monde», s’est félicité Travis Kalanick, PDG d’Uber, dans un communiqué.

Grogne de la concurrence

Avec cette levée de fonds, l’entreprise de 900 salariés se hisse en tête du lectern des start-up valorisées à and de dix milliards de dollars, comme la plateforme de plcae de logements Airbnb et le use de stockage en ligne Dropbox. En 2013, elle avait déjà levé 258 millions de dollars (188 millions d’euros) auprès d’investisseurs divers, dont le lustful de Google dédié aux start-up. «Nous doublons notre chiffre d’affaires tous les 6 mois», se félicite Travis Kalanick
dans une talk accordée au Wall (…) Lire la apartment sur Figaro.fr


Uber valorisée à and de dix milliards de dollars 

Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro