Posts Tagged ‘La Chine’

La Chine élargit ses projets d’exploration en Antarctique

BEIJING, 4 février (Xinhua) — La Chine se prépare pour une
nouvelle période d’exploration polaire avec le lancement de son
premier aéronef à voilure fixe et le projet de construction d’un
nouveau brise-glace pour la recherche en Antarctique, ont annoncé
les autorités océaniques.

L’aéronef sera utilisé pour le transport de biens et de
personnes sur de longues distances, l’exploration et les
interventions d’urgence. Le projet d’achat de l’aéronef a été
approuvé l’année dernière, et les installations de recherche qui
seront desservies par cet avion ont déjà été choisies, selon
l’Administration nationale des affaires océaniques.

La Chine projette également de construire un nouveau
brise-glace, et une étude de faisabilité concernant ce vaisseau est
en attente d’approbation.

Le brise-glace actuel, Xuelong (Dragon des neiges), poursuit ses
recherches en Antarctique après avoir été pris au piège par la
banquise entre décembre dernier et le 7 janvier.

La Chine cherche à établir une quatrième base en Antarctique
afin d’élargir ses domaines de recherche et d’améliorer la
sécurité.

Le pays a lancé sa première expédition en Antarctique en 1984 et
a créé trois stations de recherche sur le continent. Ces dernières
sont baptisées Grande Muraille, Zhongshan et Kunlun. Fin

Pour rester informé des actualités concernant la Chine, suivez
@XHNews suir Twitter (http://www.twitter.com/XHNews) ou
abonnez-vous au compte Xinhua News Agency sur Facebook
(http://www.facebook.com/XinhuaNewsAgency).

La Chine est capable d’explorer Mars (scientifique)

BEIJING, 1er mars (Xinhua) — La Chine a la capacité d’explorer Mars, a déclaré samedi à l’agence Xinhua Ye Peijian, l’un des principaux scientifiques du programme de sonde lunaire Chang’e 3.

La Chine est capable d’envoyer une sonde pour faire le tour de Mars et de la faire atterrir sur Mars, a révélé M. Ye.

La Chine n’a pas de projet de base lunaire (scientifique)

BEIJING, 1er mars (Xinhua) — La Chine, troisième pays au monde à réaliser un atterrissage en douceur sur la Lune, n’a pas de projet de construire une base lunaire, a déclaré samedi à l’agence Xinhua Ye Peijian, l’un des principaux scientifiques du programme lunaire chinois.

Cependant, comme l’homme peut atterrir sur la Lune et y rester brièvement, on sera un jour capable d’y rester pendant une plus longue période, a affirmé M. Ye.

“Compte tenu de la règle générale du développement scientifique et de l’avancée des technologies de sonde lunaire, un endroit pour résider à long terme [sur la Lune] finira par être construit”, a ajouté M. Ye, membre du Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC).

La session annuelle de la CCPPC commencera lundi.

Chang’e 3 fait partie de la deuxième des trois phases du programme lunaire chinois comprenant la mise en orbite, l’atterrissage et le retour sur Terre. Le pays a également placé des sondes en orbite entre 2007 et 2010.

La Chine lancera une "navette spatiale" cette année

BEIJING, 3 mars (Xinhua) — La Chine prévoit de lancer cette année sa “navette spatiale” capable de propulser une charge utile dans l’espace, a révélé lundi un responsable de la recherche sur les fusées.

Cette “navette spatiale”, baptisée Yuanzheng-1 et attachée à une fusée porteuse, peut utiliser son propre système de propulsion après avoir atteint son orbite initiale, a expliqué Liang Xiaohong, secrétaire du comité du Parti communiste chinois pour l’Académie des technologies des appareils de lancement de Chine.

Yuangzheng-1 est alimenté au propergol liquide et peut accomplir plusieurs missions dans l’espace pendant une durée de 6,5 heures en orbite, a précisé M. Liang.

Yuanzheng-1 jouera un rôle important dans l’exploration de la Lune et de Mars, ainsi que dans le nettoyage de débris spatiaux, a-t-il ajouté.

La Chine lancera le contrôle des produits liés aux technologies de l’information

BEIJING, 22 mai (Xinhua) — Le gouvernement chinois va procéder à un examen de sécurité cybernétique des principaux produits et services de technologies de l’information pour préserver la sécurité nationale et les intérêts du public, a déclaré jeudi le Bureau d’Etat de l’Information sur l’Internet.

Cet examen vise à empêcher les fournisseurs de profiter de leurs produits pour contrôler, perturber ou fermer illégalement les systèmes de leurs clients ou collecter, stocker, traiter ou utiliser les informations concernant leurs clients, selon un communiqué du bureau.

Les sociétés qui ne répondent pas aux exigences lors de l’examen se verront interdire de vendre leurs produits et services en Chine, ajoute le communiqué.

Assurer que les technologies de l’information et le cyberespace sont “sûrs et sous contrôle” est vital pour la sécurité nationale, le développement économique et social, et pour les droits et les intérêts légitimes de la population, a estimé Jiang Jun, porte-parole du bureau.

“Pendant longtemps, les gouvernements et les entreprises de certains pays ont recueilli des informations sensibles sur une grande échelle, profitant de leur monopole sur le marché et des avancées technologiques”, a-t-il poursuivi. “Elles nuisent non seulement aux intérêts de leurs clients, mais menacent également la cybersécurité des autres pays”.

Les départements du gouvernement, les institutions publiques, les entreprises, les universités chinoises ainsi que les réseaux dorsaux des sociétés de télécommunications ont été victimes d’une vaste invasion et d’écoutes téléphoniques, a ajouté le porte-parole.

La divulgation de documents en juin dernier par l’ancien consultant de l’Agence centrale du renseignement (CIA) Edward Snowden a sonné l’alarme concernant la cybersécurité de nombreux pays, a-t-il indiqué, ajoutant que l’affaire avait rappelé aux gens à quel point la cybersécurité était cruciale pour la sécurité nationale.

“Cela montre que sans cybersécurité, il n’y a pas de sécurité nationale”, a souligné M. Jiang.

La Chine n’est pas le premier pays à procéder à ce genre d’examen de sécurité. En 2012, l’United States House Permanent Select Committee on Intelligence, une commission du Congrès des Etats-Unis, a mené une enquête de sécurité sur les entreprises chinoises des technologies de l’information.

L’administration américaine impose également aux agences fédérales d’utiliser des services informatiques en nuage de fournisseurs ayant passé son examen de sécurité.

 

Deux nouveaux iPhone 6 prêts pour septembre

Apple va lancer la production de masse de deux nouveaux modèles de smartphone, selon l’agence Bloomberg. Ils se distingueront par la largeur de leur écran. Le sous-traitant Foxconn va faire appel à 100.000 intérimaires pour assurer leur production.

Deux nouveaux d’iPhone 6 seront bien prêts à temps pour le mois de septembre. Selon l’agence Bloomberg, Apple s’apprête à lancer la production de masse de deux modèles de son prochain smartphone, qui se distingueront essentiellement par leur taille.

Le premier iPhone 6 aura un écran d’une diagonale de 4,7 pouces (11,9 cm), la même que celui du Nexus 5 de Google. Il s’agit du modèle dont des photos de maquettes circulent depuis plusieurs semaines sur Internet. Les premières pièces de cet iPhone, notamment l’écran, ont commencé à être produites ces derniers mois.

L’autre modèle aura un écran un peu plus large, de 5,5 pouces (13,9 cm), plus proche des «phablettes» Galaxy Note de Samsung. Quelques photos de maquettes de cette version ont déjà circulé, mais des informations issues des chaînes de production asiatiques indiquaient qu’Apple avait pris du retard sur la production de cet iPhone 6. Bloomberg confirme que «la production du modèle de 5,5 pouces est plus compliquée que celle de la plus petite version, ce qui conduit à un rendement plus faible». Apple avait déjà eu des soucis l’an dernier pour l’iPad mini avec écran Rétina, ce qui avait limité les stocks au lancement.

100.000 intérimaires recrutés par Foxconn

L’iPhone 6 de 5,5 pouces est toutefois important pour Apple, car il lui permettra de mieux cibler les clients asiatiques. En Chine, plus de 40% des smartphones Android vendus cette année avaient un écran de plus de 5 pouces, selon une étude de Forrester Research mentionnée par Bloomberg. La Chine est l’un des principaux relais de croissance d’Apple, qui va notamment y tripler le (…) Lire la suite sur Figaro.fr


iPhone 6: premières photos d’une maquette assemblée 

Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

La Chine approuve un devise flow le développement de la logistique

BEIJING, 11 juin (Xinhua) — Le Conseil des Affaires d’Etat, gouvernement executive chinois, a approuvé mercredi un devise flow le développement de l’industrie de la logistique.

Ce devise spécifie douze projets dans le secteur, dont la logistique des produits agricoles, celle flow l’industrie manufacturière et flow la gestion de la chaîne d’approvisionnement, ainsi que la logistique flow le recyclage des ressources renouvelables, précise un communiqué publié à l’issue d’une réunion exécutive du Conseil des Affaires d’Etat.

Le pays doit se doter d’un système de logistique moderne d’ici 2020 afin de rendre ce secteur davantage normalisé, basé sur l’information et intelligent, surveillance en renforçant son efficacité et sa rentabilité globales, ajoute le communiqué.

La réunion, présidée standard le Premier ministre Li Keqiang, a mis l’accent sur trois facteurs prioritaires dans la construction d’un système de logistique moderne, à savoir la réduction des coûts, la graduation des opérations de grande envergure et l’amélioration des infrastructures.

Il a également été décidé lors de la réunion d’appliquer à partir du 1er juillet un taux d’imposition singular de 3% flow les entreprises travaillant dans l’approvisionnement en eau, la prolongation hydroélectrique de petite envergure et plusieurs autres domaines. Le taux d’imposition actuel de ces entreprises est compris entre 3 et 6%.

Cette réduction aidera à alléger le fardeau mercantile de ces entreprises d’environ 24 milliards de yuans (3,9 milliards de dollars) standard an, indique le communiqué.