Posts Tagged ‘NSA’

La NSA aurait espionné bon nombre d’internautes ordinaires

WASHINGTON (Reuters) – En étudiant une vaste quantité de communications interceptées par la NSA (National Security Agency), le Washington Post a découvert qu’elles concernaient très majoritairement des internautes ordinaires, Américains compris, au lieu de ressortissants étrangers surveillés avec l’accord de la justice.

Le journal a examiné environ 160.000 courriels et conversations instantanées ainsi que 7.900 documents extraits de plus de 11.000 comptes en ligne collectés par l’agence de renseignement américaine entre 2009 et 2012.

“Neuf détenteurs de compte sur dix trouvés dans un vaste cache de conversations interceptées, que l’ancien technicien de la NSA Edward Snowden a fournies au Post dans son intégralité, n’étaient pas les cibles désignées mais ont été pris dans le filet que l’agence avait tendu pour quelqu’un d’autre.”

Près de la moitié des dossiers, écrit le journal, “contenaient des noms, des adresses email et d’autres détails notés par la NSA comme appartenant à des citoyens américains”.

Les documents contenaient également des découvertes, assure le quotidien. Parmi les exemples cités, “de nouvelles révélations sur un projet nucléaire secret outre-mer, le double jeu d’un prétendu allié, une catastrophe militaire qui est arrivée à une puissance inamicale et les identités d’intrus agressifs sur des réseaux informatiques américains”.

Ces interceptions ont permis la capture de plusieurs terroristes présumés, comme Umar Patek, l’un des suspects des attentats de Bali en 2002.

Mais d’autres dossiers ont été conservés alors qu’ils ne présentaient pas d’utilité aux dires mêmes des analystes de la NSA, et traitaient de sujets intimes comme l’amour, les relations sexuelles illicites, les conversions politiques ou religieuses ou les problèmes financiers.

(Mohammad Zargham; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Tor, Mozilla et RSF à l’unisson contre la NSA

Les trois organisations ont dénoncé jeudi soir la surveillance massive des internautes et ont esquissé des pistes pour “construire le futur que l’on veut”.

“Internet est absolument génial !” a martelé jeudi soir le responsable de Mozilla en Europe, Tristan Nitot. “Il faut le dire, parce que ça ne va pas durer”, a-t-il immédiatement ajouté. L’éditeur du célèbre navigateur Firefox avait invité deux grands représentants des libertés sur Internet, Tor et Reporters sans frontières (RSF), pour s’exprimer sur la surveillance menée par les agences de renseignements, notamment au sein des grandes démocraties, comme l’a dénoncé l’ex-agent américain Edward Snowden.

Roger Dingledine, fondateur et directeur du réseau Tor, un système qui permet à tout internaute de surfer anonymement via un réseau de connexions éparpillées dans le monde, était la star de la soirée. Équipé de son tee-shirt à l’effigie de l’oignon violet (le symbole du réseau), d’un short et de chaussures de montagne, il a présenté son projet de réseau anonyme à une assemblée de geeks et de curieux. “La ligne devient de plus en plus floue entre les pays que l’on appelle mauvais et nos démocraties”, a-t-il dénoncé. “En plus de protéger la vie privée, Tor permet de contourner la censure des États”, s’est-il réjoui, citant là encore de grandes démocraties qui censurent le Net, comme l’Australie, les Pays-Bas ou la Suède.

Quatre pistes pour un Net meilleur

L’actualité influence énormément la vie du réseau Tor, dont l’utilisation est facilitée par le logiciel Tor Browser, dérivé de Firefox. “La tentative de contrôle d’Internet par l’État en Égypte, pendant le Printemps arabe, a doublé le nombre d’utilisateurs de Tor dans le pays !” a ironisé Roger Dingledine. En Irak et en Turquie, même scénario : chaque tentative des autorités pour restreindre l’accès a entraîné une explosion du nombre de (…)

Lire la suite sur LePoint.fr

NSA : l’arsenal des surveillants (et les pistes pour s’en protéger)
Itinérance : l’Europe, ce n’est pas l’étranger !
Box “Miami” : Bouygues Telecom roule pour Google !
Quand les démocraties espionnent les journalistes
Recevez la newsletter Le Point.fr

La NSA surveille les «extrémistes» de la communauté Linux

WEB – Ainsi que les internautes qui visitent le site du réseau TOR…

Vous cherchez à protéger votre vie privée en ligne et vous fréquentez la communauté Linux? Vous intéressez la NSA. Jeudi, un nouveau rapport, cette fois de la télévision publique allemande ARD, donne des détails sur le programme de surveillance XKeycore, révélé l’an dernier.

On savait déjà que l’agence interceptait le trafic circulant via le réseau TOR, qui permet, en théorie, de surfer plus anonymement. Mais selon le rapport, la NSA a ciblé des internautes allemands qui avaient simplement visité le site Web de TOR, sans forcément télécharger le logiciel. Des lecteurs de «Linux Journal», qualifié de «forum d’extrémistes» dans une note, ont également été surveillés, surtout ceux qui s’intéressaient à la distribution Tails. Les utilisateurs d’un serveur mail anonyme hébergé au MIT ont eux aussi été pistés, et le contenu de leurs communications,

Snowden ou une autre taupe?

Jusqu’à présent, tous les détails sur les programmes de surveillance de la NSA provenaient de slides Powerpoint dérobées par l’ex-analyste Edward Snowden. Pour la première fois, les informations viennent ici directement du code source du programme XKeycore et on ne connaît pas leur origine.

Selon les experts, il y a deux scénarios possibles. Snowden a peut-être emporté d’autres documents, qui refont surface aujourd’hui. L’analyste Bruce Schneier, lui, estime qu’il y a «sans doute une seconde taupe». A suivre.

Retrouvez cet article sur 20minutes.fr

Les débuts méconnus de Shigeru Myamoto, créateur de Zelda et de Mario
Un tournoi de «Hearthstone» rendu accessible aux femmes sous la pression des internautes
Le piratage des films et séries a explosé en 2013
Google rachète le service musical Songza
Téléchargez gratuitement l’application Android 20 Minutes

NSA : voici l’arsenal des surveillants (et quelques pistes pour s’en protéger)

Un an après les premières révélations d’Edward Snowden, le cabinet français Lexsi dresse un bilan des capacités des agences de renseignements. Terrifiant.

De quel arsenal disposent les agences de renseignements occidentales pour surveiller leur population, leurs alliés et, accessoirement, leurs ennemis ? Mercredi, le premier cabinet de conseil en cybersécurité français, Lexsi, avait réuni quelques dizaines de responsables informatiques de grandes entreprises à Paris. L’objectif ? Leur rappeler à quel point ils sont “une cible potentielle” des services de renseignements, comme la NSA aux États-Unis. Les révélations de l’ex-analyste américain Edward Snowden sont passées par là, et il était inutile de les convaincre de l’existence d’une menace. La conférence s’est donc attachée à préciser les moyens concrets dont disposent les surveillants. Et le panorama est effrayant.

La collecte des données

La collecte d’informations est organisée en 7 “briques” :

1. À l’usine de fabrication, de nombreux produits sont spécialement configurés par le constructeur, et contiennent dès lors des portes dérobées. Lexsi cite des marques comme les géants du réseau Barracuda, Huawei, ZTE, Actel (puces militaires et industrielles), ou encore l’agent Computrace, un code malicieux “officiel” pré-installé sur deux millions de PC dans le monde.

2. Durant le transport et la livraison, les équipes TAO (tailored access operations, “accès sur mesure”) de la NSA interceptent de façon ciblée les colis contenant le matériel sensible (routeurs, équipements de sécurité, etc.) et y implantent des portes dérobées. L’agence américaine est partenaire de tous les géants mondiaux, dont UPS, Fedex, TNT ou encore DHL, comme le prouvent des photos publiées par Edward Snowden, qui montrent une équipe TAO en train de manipuler des colis du fabricant américain de routeurs Cisco Systems. Cette méthode est jugée très efficace pour (…) Lire la suite sur LePoint.fr

Itinérance : l’Europe, ce n’est pas l’étranger !
Box “Miami” : Bouygues Telecom roule pour Google !
Recevez la newsletter Le Point.fr

Quand Facebook manipule nos émotions

Une étude conduite sur la possibilité de contrôler l’humeur des utilisateurs de Facebook a fait hurler la science et les utilisateurs américains.

Qui fait encore attention aux émoticons “merveilleusement bien” ou “triste” de Facebook ? Si insérés dans le paysage de notre page bleue et blanche que personne ne se demande qui a le temps d’aller chercher précisement l’émoticon qui correspond à son humeur. Et encore moins si un algorithme ne ferait pas le travail à sa place par la technologie de reconnaissance et association des mots. La machine FB est tellement tatouée dans nos vies que les alertes aux multiples fuites de données, censures, suspiscions de surveillance par la NSA ne font plus un clic. Mais ce week-end, les réseaux sociaux américains ont vu rouge, car la dernière manipulation du réseau social est scientifique et celle-là, même si on ne comprend pas bien pourquoi, après d’autres atteintes à la vie privée ou émotionnelle, fait scandale.

Un demi-million d’utilisateurs Facebook écrivant en anglais ont été soumis à un “mur” d’actualité manipulé. Dans le flux d’environ 1500 parutions-jour du fil d’actualité, l’algorithme sélectionnait intentionnellement des messages plutot positifs ou plutôt négatifs, et observait ensuite ce qui se passait. Les cobayes “positivés” postaient plus “positivement” que les autres, eux aussi inconscients de la manipulation, exposés à des émotions négatives.

Tom’s Guide donne le lien vers l‘étude en question, accessible en ligne réalisée il y a longtemps (2012) pendant une semaine. Elle a un titre très 21e siècle : “Preuves  de contagion a grande échelle des émotions sur les réseaux sociaux”?

Résumé :

“Nous démontrons par une expérience de grande ampleur (N = 689,003) sur Facebook, que les états émotionnels peuvent se communiquer à d’autres par une contagion émotionnelle, conduisant les personnes à éprouver (…)lire la suite sur Atlantico

La France à l’offensive flow le contrôle du Net

L’Icann, l’organisme general chargé de délivrer les noms de domaines, se réunit cette semaine à Londres.

Une bataille flow le contrôle d’Internet s’ouvre cette semaine à Londres. Plus de 2000 participants vont débattre de l’encadrement de fonctions techniques du Net, notamment de la façon dont sont attribués les noms de domaine, les adresses Internet en «.com», «.net» ou maintenant «.paris» ou «.hotels».

Cette goal est assurée depuis 1998 standard l’Icann (Internet Corportation for Assigned Names and Numbers), société californienne à though non lucratif placée sous le contrôle du département du Commerce américain. Face à la pression internationale, les États-Unis se sont engagés au début de l’année à lâcher ce contrôle au terme du contrat qui les distortion à l’Icann, en septembre 2015.

L’enjeu est de savoir standard quoi remplacer la tutelle américaine. Les États-Unis mettaient jusqu’alors en garde contre le obscene de voir des États peu respectueux des libertés individuelles avoir un droit de courtesy sur l’infrastructure d’Internet. Les révélations d’Edward Snowden sur les programmes d’espionnage de la NSA ont affaibli cette défense. Les États-Unis, représentés standard leur ministre des Télécoms, plaideront à Londres flow un encadrement léger, standard un collège d’experts.

La France et la plupart des pays européens ne sont pas sur cette ligne. La secrétaire d’État au Numérique, Axelle Lemaire, va proposer de superviser l’Icann standard une assemblée générale multipartite, regroupant experts, acteurs économiques, représentants de la société civile et États. «Le conseil d’administration de l’Icann n’est redevable de personne, les États doivent avoir un rôle and important », affirme la secrétaire d’État au Figaro. Axelle Lemaire proposera aussi (…) Lire la apartment sur Figaro.fr


Paris craint une dérive des nouvelles adresses Internet en «.vin» 

Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

La NSA comme à la maison en Allemagne

P { margin-bottom: 0.21cm; }A:link L’Allemagne est le pied-à-terre européen des services secrets américains. D’après une cinquantaine de papers secrets (à télécharger ici) fournis standard Edward Snowden à Der Spiegel et que l’hebdomadaire publie cette semaine en exclusivité, l’Allemagne est le pays européen où la NSA compte le and de bases secrètes. Der Spiegel en a répertorié six : l’une d’elle se trouve surveillance bonnement sur le toit de l’ambassade américaine à Berlin, au pied de la Porte de Brandebourg:

«Au dernier étage de l’ambassade […] se tapit un équipement des and modernes flow écouter les téléphones mobiles, les réseaux wifi et les communications satellitaires. Depuis cet endroit, les services secrets peuvent manifestement surveiller les communications des téléphones mobiles dans le Regierungsviertel [NDLR : le quartier où se trouve le Reichstag].»

Ce serait donc depuis cette bottom que la NSA aurait espionné des mois durant le téléphone unstable d’Angela Merkel, précise Der Spiegel, qui précise que la announcement des papers remis standard Snowden «est aussi dans l’intérêt du gouvernement fédéral : jusqu’à présent, il a demandé en vain des explications au partenaire américain – et ne sait visiblement toujours pas exactement ce que fait la NSA en Allemagne.»

La plupart des autres caches de la NSA se trouvent au sein de bases militaires américaines situées dans le sud du pays. Les services secrets américains sont particulièrement bien implantés dans le Land de la Hesse, comme à Francfort, dans les locaux du consulat général américain, et à Wiesbaden, au European Technical Center, une bottom logistique de l’armée américaine. À cinq kilomètres de là, la NSA est d’ailleurs en sight de faire construire une nouvelle hire d’écoute qui devrait être opérationnelle d’ici fin 2015. Les espions américains se terrent également dans les sous-sols du Dagger-Komplex, à Griesheim, où se trouve le European (…) Lire la apartment sur Slate.fr

Un an après Prism, une journée de mobilisation contre la notice du Net

De nombreuses entreprises et associations se mobilisent jeudi flow la insurance de la strive privée et des données personnelles. Elles veulent sensibiliser citoyens et entreprises un an après les révélations d’Edward Snowden.

Ce jeudi a lieu une opération mondiale flow la insurance de la strive privée sur Internet. «Reset The Net» est organisé standard l’association américaine Fight The Future un an après les premières révélations sur la notice de la NSA. Le 5 juin 2013, le Guardian révélait une notice large standard la NSA des appels téléphoniques des clients américains de l’opérateur Verizon. Le lendemain, le quotidien britannique et le Washington Post dévoilaient l’existence de Prism, le programme de notice du Net de la NSA. Mercredi soir, le consultant à l’origine des révélations Edward Snowden a apporté son soutien à l’opération. Dans une déclaration, il appelle surveillance le monde à rejoindre le mouvement du 5 juin. «Ne demandez pas qu’on vous accorde votre strive privée, reprenez-là», conclut-il.

«Reset The Net» regroupe entre autres Greenpeace, Amnesty International, le Parti Pirate ou encore l’ACLU (Union américaine flow les libertés civiles). Plusieurs entreprises du numérique ont également rejoint la marche, comme Reddit, un forum américain habitué des mobilisations. Son cofondateur, Alexis Ohanian, a milité à de nombreuses reprises en faveur de la neutralité du Net et de la insurance de la strive privée. Reddit fait aujourd’hui partie des and célèbres militants sur les questions du numérique. Autre participant, le moteur de recherche DuckDuckGo présenté comme l’anti-Google. Il ne traque pas ses utilisateurs et offre les mêmes résultats de recherche à surveillance le monde. Bien moins utilisé que Google, sa appearance est surtout symbolique. Toujours aux Etats-Unis, imgur est également mentionné dans les partenaires. Créé en 2009, c’est (…) Lire la apartment sur Figaro.fr


La NSA collecte chaque jour des millions de photos sur Internet 


Google vous permet d’«oublier» certains résultats de recherches 


Yahoo! acquiert un point de Snapchat 

Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

Un an après Prism, une journée de mobilisation contre la notice du Net

De nombreuses entreprises et associations se mobilisent jeudi flow la insurance de la strive privée et des données personnelles. Elles veulent sensibiliser citoyens et entreprises un an après les révélations d’Edward Snowden.

Ce jeudi a lieu une opération mondiale flow la insurance de la strive privée sur Internet. «Reset The Net» est organisé standard l’association américaine Fight The Future un an après les premières révélations sur la notice de la NSA. Le 5 juin 2013, le Guardian révélait une notice large standard la NSA des appels téléphoniques des clients américains de l’opérateur Verizon. Le lendemain, le quotidien britannique et le Washington Post dévoilaient l’existence de Prism, le programme de notice du Net de la NSA. Mercredi soir, le consultant à l’origine des révélations Edward Snowden a apporté son soutien à l’opération. Dans une déclaration, il appelle surveillance le monde à rejoindre le mouvement du 5 juin. «Ne demandez pas qu’on vous accorde votre strive privée, reprenez-là», conclut-il.

«Reset The Net» regroupe entre autres Greenpeace, Amnesty International, le Parti Pirate ou encore l’ACLU (Union américaine flow les libertés civiles). Plusieurs entreprises du numérique ont également rejoint la marche, comme Reddit, un forum américain habitué des mobilisations. Son cofondateur, Alexis Ohanian, a milité à de nombreuses reprises en faveur de la neutralité du Net et de la insurance de la strive privée. Reddit fait aujourd’hui partie des and célèbres militants sur les questions du numérique. Autre participant, le moteur de recherche DuckDuckGo présenté comme l’anti-Google. Il ne traque pas ses utilisateurs et offre les mêmes résultats de recherche à surveillance le monde. Bien moins utilisé que Google, sa appearance est surtout symbolique. Toujours aux Etats-Unis, imgur est également mentionné dans les partenaires. Créé en 2009, c’est (…) Lire la apartment sur Figaro.fr


La NSA collecte chaque jour des millions de photos sur Internet 


Google vous permet d’«oublier» certains résultats de recherches 


Yahoo! acquiert un point de Snapchat 

Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

Il y a 300 pétitions en faveur de Snowden sur Change.org, pas sûr que la dernière change la donne

Bernard Kouchner, Pierre Bergé, Luc Ferry, Jack Lang ou bien encore Michel Rocard… Ils sont parmi les 53 premiers signataires d’une pétition, lancée ce mardi 3 juin, qui demande très solennellement à «François Hollande [d’accorder] l’asile politique à Edward Snowden», l’ancien consultant de la NSA qui a révélé il y a un an notice juste les pratiques de notice large de l’agence de renseignement américaine, et qui est aujourd’hui réfugié en Russie. Cet appel, à l’initiative du biography L’Express, a été déposé sur une plate-forme précisément dédiée à la announcement de ce genre de manifestes, Change.org. Un site qui concentre déjà… «environ 300 pétitions consacrées à Snowden», nous indique standard mail Benjamin des Gachons, directeur des campagnes en France de Change.org. En France, aux Etats-Unis, en Nouvelle-Zélande, en Islande, en Allemagne, ou bien en Inde, nombreux en effet sont les appels qui demandent depuis des mois à tel ou tel gouvernement de recevoir et protéger le lanceur d’alerte. Plus ou moins sérieux (une pétition française réclamant standard exemple d’un même manoeuvre l’asile flow Snowden, et la démission de François Hollande), and ou moins populaires aussi, certains ne dépassant pas la dizaine de voix, d’autres atteignent 7.000 signatures, tous ces manifestes ont la même particularité: ils sont passés plutôt inaperçus. Et il semble peu illusive que cette nouvelle pétition, malgré ses and de 65.000 signataires à date, des soutiens prestigieux et une médiatisation assurée standard L’Express, parvienne à faire mieux.

Déjà parce que les questions de surveillance, et d’érosion de l’intimité sur Internet, n’agitent pas particulièrement les foules en France. Ensuite, parce que le gouvernement a un avis bien arrêté sur la question. Lors du Conseil européen d’octobre dernier, qui s’est vu complètement chamboulé standard les révélations Snowden et l’annonce de l’espionnage des portables de (…) Lire la apartment sur Slate.fr