Posts Tagged ‘prix’

Microsoft utiliserait la marque Lumia pour les prochains appareils sous Android [rumeur]

L’une des façons pour Nokia de distinguer ses gammes Windows Phone et Android serait son système de dénomination. Par exemple, les téléphones Windows Phone de Nokia portent la marque Lumia, tandis que les offres sous Android sont dans la famille Nokia X. Chose intéressante, une rumeur de @evleaks a suggéré que Microsoft pourrait consolider la marque.
En supposant que ce soit vraie, les prochains téléphones Android de Nokia feraient partie de la gamme Nokia Lumia. C’est difficile de savoir dans quelle mesure ça peut être exact, simplement parce que ça va ajouter de la confusion, car les clients ont déjà du mal à faire la différence entre Windows Phone et Android, car Nokia utilise une version personnalisée d’Android.

Pour le moment, le bruit court que Microsoft pourrait nommer leurs téléphones Nokia comme “Nokia by Microsoft”, alors peut-être que ça pourrait être l’un des moyens de dissiper la confusion. Quoi qu’il en soit, c’est toujours intéressant que Microsoft puisse vouloir lancer plus de téléphones Android dans l’avenir.
Cependant, vu qu’Android touche plus de monde et que les prix des téléphones de la série Nokia X soient abordables, il est possible que Microsoft espère gagner du terrain en développant les marchés pour les téléphones Android et Windows Phone entrée de gamme. Qu’en pensez-vous ? Est-ce que Microsoft pourrait utiliser la marque pour sa gamme Android dans l’avenir ?

Retrouvez cet article sur Ubergizmo FR


iPhone 6, de supposés faux appareils ont été aperçus en différentes couleurs
Sony Xperia Z3 Compact, fuites des spécifications
LG G Stylus, elle remplacerait la gamme LG Vu [rumeur]
Samsung Galaxy S5 Mini, il serait lancé en Juillet
HTC One (M8), il aurait bientôt Android 4.4.4 KitKat (rumeur)

Cinq enceintes nomades taillées pour vos vacances

AUDIO – Vous êtes plutôt farniente dans un hamac ou beach-volley sur le sable chaud? A chacun son été et à chaque été son enceinte nomade! 

 

En fonction de vos usages, 20 Minutes a repéré l’enceinte nomade qui vous sera la plus utile…

Autour d’une plancha: Pillar, de Stellé Audio Couture

Pas de panique si, vous non plus, vous ne connaissez pas la marque Stellé Audio Couture! Voulant jouer sa mélodie dans la cour du luxe, Pillar est une enceinte Bluetooth cylindrique de 30 cm de hauteur qui diffuse le son à 360°. On peut la placer au centre de la table pour que tous les convives profitent d’une même qualité audio. Laquelle s’avère excellente. Bémol: pas de NFC embarqué. A ce prix, c’est chiche.

284 euros.

Dans la maison de location: Speaker Trio, de bēm

Et une, et deux et trois enceintes synchronisées avec votre smartphone ou tablette pour sonoriser votre petit lieu de villégiature! De la cuisine au salon, en passant par la terrasse, ce trio composé d’autant de cubes sonores est relié en Bluetooth avec une base de recharge commune. Le concept du son «multiroom» appliqué aux enceintes nomades…

299 euros.

Sur la terrasse: BT3500B, de Philips

Bluetooth avec appairage NFC possible, cette enceinte propose un rapport qualité/prix remarquable compte tenu de la qualité de son diffusé. Avec ses 2 x 5 watts, difficile de parler de «puissance», mais l’ensemble est bien équilibré et l’on peut monter le son sans souffrir de distorsion. Un micro-incorporé permet de prendre des appels téléphoniques. Seul bémol: une autonomie qui méritait mieux que 5 heures.

79 euros.

Pour la chambre: Sony, SRS-X3

Avec 7 heures d’autonomie, cette enceinte Bluetooth/NFC réussit le pari d’une très belle qualité sonore dans un budget serré. Pas toujours évident chez Sony… Lestée par une amplification de 20 watts, l’appareil sait affirmer sa présence en diffusant notamment des basses rondouillardes à souhait. De quoi cocooner tout (…) Lire la suite sur 20minutes.fr

Les robots de Google prennent des selfies dans les musées
99% des français emportent un produit high-tech en vacances
M1X-DJ de Philips: jouez les D’J tout l’été
Un site Internet planche sur l’écriture universelle
Recevez toute l’actu de 20minutes.fr par email

Google Flight Search : comment le géant du web peut vous faire économiser sur vos billets d’avion

Les comparateurs de vols se multiplient sur la toile, il n’est pas étonnant que Google se soit lancé dans l’aventure en 2011. Comme souvent, google n’a pas lésiné sur les moyens pour faire rimer son outil avec simplicité, efficacité, rapidité et personnalisation.

Atlantico: Google vient d’annoncer que son outil Flight Search de recherche de billets d’avion et de vols aériens disponible depuis mai 2011 avait reçu de nouvelles fonctionnalités.  Qu’est-ce que Google Flight Search et comment ça marche ? Quelles sont les nouveautés et que permettent-elles ? 

Gilles Babinet: Je suis impressionné par la qualité de développement de ce nouveau comparateur de vols. L’expérience est bluffante. La qualité de l’interface est excellente. Les sources de données sont très complètes, par exemple si l’on souhaite partir en direction d’une ville l’outil nous propose de regarder les prix des vols qui atterrissent dans cette ville mais également ceux à proximité de celle-ci dans le but de nous faire faire des économies. L’utilisateur peut choisir le nombre d’escale, le prix maximum, la compagnie, l’endroit où il souhaite faire une escale dans la barre de recherche. L’application est très facile d’utilisation et l’expérience de l’utilisateur est très soignée. Le flux de données est optimisé, le site garde en mémoire les recherches tapées dans la barre de recherche du l’application mais également dans la barre de recherche Google. Grâce à Flight Search on commence à voir l’expression de la centralisation des données recueillies par Google, cela lui permet d’être plus personnel.

En quoi cet outil peut-il faire économiser de l’argent les voyageurs ? Tous les voyages sont-ils concernés ?

Flight Search permet de donner des informations plus précises et fait des suggestions. Il ne se contente pas d’afficher le meilleur vol d’un point A à un point B, il propose aussi d’autres moyens de nous (…)lire la suite sur Atlantico

Droit à l’oubli de Google : Diffamation, insultes et intrusion dans la vie privée en tête des demandes
Comment changer les itinéraires des avions permettrait de lutter contre le dérèglement climatique
8 astuces pour réussir à dormir en avion (surtout si vous êtes en classe éco)

Orange n’exclut pas de réétudier le rachat de Bouygues

Trois jours après avoir renoncé à racheter Bouygues, le patron d’Orange, Stéphane Richard, «n’exclut pas de revenir, mais uniquement si on le sollicite».

Et si Orange rouvrait le dossier Bouygues Telecom? Trois jours après avoir renoncé à racheter l’opérateur téléphonique, Orange pourrait faire machine arrière. C’est son patron, Stéphane Richard, qui l’a annoncé samedi dans le cadre des Rencontres économiques d’Aix. «Est-ce qu’on peut revenir dans le jeu? Oui, bien sûr, mais pas comme architecte, pas comme arangeur», a ainsi déclaré Stéphane Richard. Et d’ajouter: «D’un point de vue concurrentiel, nous ne prendrons pas le risque de repartir sur ce dossier. Mais si quelqu’un d’autre décide de le faire et nous sollicite pour, peut-être, permettre d’élaborer une offre qui peut satisfaire Bouygues, bien sûr qu’on regardera», a-t-il expliqué. Egalement candidat au rachat de Bouygues, Free aurait fait une offre à un prix inférieur à ce que réclame l’actionnaire principal de TF1. Les discussions en sont au point mort après qu’Iliad, maison mère de Free, a mis entre 4 et 5 milliards d’euros sur la table pour Bouygues Telecom, que Bouygues veut céder pour un prix compris entre 7 et 8 milliards.

Une décision qui pourrait satisfaire le gouvernement, qui, par la voix notamment du ministre de l’Économie, Arnaud Montebourg, a poussé à plusieurs reprises Bouygues à vendre sa filiale télécoms, en grande difficulté après l’arrivée de Free. Plus de 1500 postes sont menacés. Même son de cloche du côté du gendarme des télécoms, l’Arcep, qui se dit favorable à une «reconcentration raisonnable. Il peut y avoir d’autres concentrations qui concerneront forcément, si elles ont lieu, l’opérateur le moins important du secteur qui est Bouygues Telecom».

Des propos qui avaient fortement (…) Lire la suite sur Figaro.fr


Martin Bouygues sur tous les fronts 


Orange renonce à racheter Bouygues Télécom 


Télécom: la guerre entre opérateurs repart de plus belle 


Télécoms: Martin Bouygues «révolté» 


Bouygues Telecom: une stratégie gagnante à tous les coups 

Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

HTC One (M8) Dual SIM, annonce officielle

Le HTC One (M8) est un smartphone haut de gamme et par conséquent, nous sommes heureux de vous annoncer que ce smartphone est désormais disponible en une variante Dual SIM, d’après un communiqué de presse allemand. Apparemment, ceux qui veulent acheter le HTC One (M8) Dual SIM pourront le faire s’ils vivent en Allemagne, en Autriche et en Suisse à partir de la semaine prochaine, au prix recommandé de 799€ (ouch!). Ce serait pour un modèle débloqué, et c’est certainement un premium car le prix moyen pour un HTC One (M8) débloqué en Europe aux alentours de 570€. La différence dans le prix serait mieux “investi” dans un autre téléphone, non ?

C’est certainement en ligne avec son prédécesseur, le HTC One (M7), et ce modèle a eu une version Dual SIM peu de temps après, avec les mises à jour de firmware pertinentes. Il n’y a pas d’autres changements de hardware effectués sur le modèle Dual SIM du HTC One M8 à part le fait qu’il supporte désormais deux cartes SIM.

Retrouvez cet article sur Ubergizmo FR


Le Project Ara de Google entre en phase bêta
Pack Mophie Space 64Go pour iPhone 5/5s
Lenovo Golden Warrior A8, annonce officielle
Un vieux téléphone Nokia sauve la vie d’un promeneur
‘Crystal Clear’, fuite du rendu du Samsung Galaxy F

Le nouvel iPod Touch d’Apple est disponible sur les marchés internationaux

La semaine dernière, Apple a lancé un nouvel iPod touch. L’appareil n’était pas “nouveau” en lui-même, mais c’est une version 16Go de l’actuel iPod touch qui intègre aussi un APN sur la façade arrière. Il est à un prix relativement raisonnable de 199$. Au moment de l’annonce, l’appareil était limité aux marchés US, mais la bonne nouvelle, c’est que vous vouliez l’acheter, vous seriez heureux d’apprendre, que, depuis, Apple a lancé l’appareil sur les marchés internationaux.

Les pays inclus dans le lancement comprennent le Royaume-Uni, l’Allemagne, Hong Kong, l’Australie, le Japon, le Brésil, et la Chine, pour n’en citer que quelques-uns. Avec les différences en devises et les diverses taxes appliquées dans différents pays, le prix de l’iPod touch va différer d’un pays à l’autre. Par exemple, au Royaume-Uni, il est à 159£, tandis qu’à Hong Kong, il était à 1.588HK$, et les deux coûtent un peu plus que le prix de 199$.

Quoi qu’il en soit, les personnes intéressées peuvent aller à leur Apple store local ou site web en ligne pour vérifier la disponibilité de l’appareil. Alors, quelqu’un veut le dernier iPod touch ?

Retrouvez cet article sur Ubergizmo FR


Les prochains écouteurs MFi pourraient se connecter via le port Lightning
Le rachat de Beats par Apple serait confirmé par Dr. Dre
Le Sprng pourrait empêcher les Earpods d’Apple de glisser de vos oreilles
Apple lance discrètement l’iPod touch 5G 16Go
Une console Atari 2600 est transformée en dock spearker pour iPhone

Orange renonce à racheter Bouygues Télécom

D’abord candidat au rachat de Bouygues Telecom, Orange juge finalement que «les conditions que le groupe avait fixées ne sont pas réunies aujourd’hui pour y donner suite». Les discussions auraient achoppé sur le prix, comme lors des discussions entre Bouygues et Free.

C’est un candidat de moins au rachat de Bouygues Télécom. Orange, que l’on disait «candidat à tous les mariages», renonce finalement à cette opération. «Orange a exploré les possibilités de participer à une opération de consolidation du marché français des télécoms et juge que les conditions que le groupe avait fixées ne sont pas réunies aujourd’hui pour y donner suite», explique le Bouygues dans un communiqué laconique. L’annonce fait chuter le titre Orange d’un peu plus de 3,5% à 11,37 euros, dans un marché en léger recul. Idem pour Bouygues Telecom qui lâche plus de 4% à 29,1 euros.

Selon une source au fait du dossier, les discussions auraient achoppé sur le prix demandé par Bouygues pour sa filiale, jugé trop élevé. Le PDG de Bouygues Martin Bouygues aurait évoqué un montant de 7,5 à 8 milliards d’euros en préalable aux discussions pour la filiale qu’il a créée. Ce sont pour les mêmes raisons qu’Orange, qui avait publiquement exclu de participer seul à une consolidation en France, avait échoué à trouver un terrain d’entente avec Iliad, l’autre prétendant possible pour un rachat de Bouygues Telecom. Interrogé sur la possibilité de voir la filiale du groupe Bouygues rachetée, son PDG a refusé que son entreprise soit «le dindon de la farce». «Si tel ou tel opérateur veut étudier des solutions, pourquoi pas… Mais pourquoi Bouygues Telecom serait-il forcément le dindon de la farce?», a déclaré Martin Bouygues.

La filiale télécoms de Bouygues a présenté il y a trois semaines lors d’un CCE «un projet de transformation profonde» de (…) Lire la suite sur Figaro.fr


Télécoms: Martin Bouygues «révolté» 


Le régulateur des télécoms épingle le réseau de Free 


Bouygues Telecom: une stratégie gagnante à tous les coups 


Télécoms: Orange, candidat à tous les mariages 


Une méga-fusion se prépare dans les télécoms 

Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

Orange renonce à racheter Bouygues Télécom

D’abord candidat au rachat de Bouygues Telecom, Orange juge finalement que «les conditions que le groupe avait fixées ne sont pas réunies aujourd’hui pour y donner suite». Les discussions auraient achoppé sur le prix, comme lors des discussions entre Bouygues et Free.

C’est un candidat de moins au rachat de Bouygues Télécom. Orange, que l’on disait «candidat à tous les mariages», renonce finalement à cette opération. «Orange a exploré les possibilités de participer à une opération de consolidation du marché français des télécoms et juge que les conditions que le groupe avait fixées ne sont pas réunies aujourd’hui pour y donner suite», explique le Bouygues dans un communiqué laconique. L’annonce fait chuter le titre Orange d’un peu plus de 3,5% à 11,37 euros, dans un marché en léger recul. Idem pour Bouygues Telecom qui lâche plus de 4% à 29,1 euros.

Selon une source au fait du dossier, les discussions auraient achoppé sur le prix demandé par Bouygues pour sa filiale, jugé trop élevé. Le PDG de Bouygues Martin Bouygues aurait évoqué un montant de 7,5 à 8 milliards d’euros en préalable aux discussions pour la filiale qu’il a créée. Ce sont pour les mêmes raisons qu’Orange, qui avait publiquement exclu de participer seul à une consolidation en France, avait échoué à trouver un terrain d’entente avec Iliad, l’autre prétendant possible pour un rachat de Bouygues Telecom. Interrogé sur la possibilité de voir la filiale du groupe Bouygues rachetée, son PDG a refusé que son entreprise soit «le dindon de la farce». «Si tel ou tel opérateur veut étudier des solutions, pourquoi pas… Mais pourquoi Bouygues Telecom serait-il forcément le dindon de la farce?», a déclaré Martin Bouygues.

La filiale télécoms de Bouygues a présenté il y a trois semaines lors d’un CCE «un projet de transformation profonde» de (…) Lire la suite sur Figaro.fr


Télécoms: Martin Bouygues «révolté» 


Le régulateur des télécoms épingle le réseau de Free 


Bouygues Telecom: une stratégie gagnante à tous les coups 


Télécoms: Orange, candidat à tous les mariages 


Une méga-fusion se prépare dans les télécoms 

Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

Mobile : Orange ne souhaite pas acquérir Bouygues Telecom

En difficulté depuis son échec face à Numericable dans le dossier SFR, Bouygues Telecom a successivement ouvert des négociations avec Iliad et Orange.

L’opérateur historique Orange a annoncé mercredi qu’il renonçait à participer à une opération de consolidation du marché français des télécoms, et donc qu’il ne souhaitait pas acquérir son concurrent Bouygues Telecom. En difficulté depuis son échec face à Numericable dans le dossier SFR, Bouygues Telecom a successivement ouvert des négociations avec Iliad et Orange en vue d’une éventuelle cession de ses actifs, mais celles-ci n’ont pas abouti.

“Orange a exploré les possibilités de participer à une opération de consolidation du marché français des télécoms et juge que les conditions que le groupe avait fixées ne sont pas réunies aujourd’hui pour y donner suite”, indique le groupe de télécoms dans un communiqué. Le directeur général adjoint d’Orange, Pierre Louette, avait révélé le 12 juin dernier que les discussions menées avec Bouygues Telecom étaient dans l’impasse, sans préciser si ces dernières pouvaient reprendre ou si elles étaient définitivement closes. Le premier opérateur français a plusieurs fois affirmé qu’il n’avait pas besoin de s’adosser à un autre opérateur pour survivre à la guerre concurrentielle qui anime le marché des télécoms, tout en répétant qu’il préférait un retour à trois opérateurs.

La filiale télécoms de Bouygues a présenté, il y a trois semaines lors d’un CCE, “un projet de transformation profonde” de ses structures et de son positionnement ainsi qu’une réduction drastique des effectifs (1 516 postes sur 9 000). La branche télécoms du groupe, créée par Martin Bouygues, est en difficulté depuis l’arrivée de Free, en 2012, qui s’est livré à une guerre des prix et a fait perdre 200 000 abonnés à l’opérateur. En début d’année, le groupe a lancé toutes ses forces dans la bataille pour réussir à convaincre (…)

Lire la suite sur LePoint.fr

La NSA espionnait 193 pays, plus le FMI et l’UE
Itinérance : l’Europe, ce n’est pas l’étranger !
Facebook a manipulé les émotions de ses utilisateurs en secret pour une recherche
Vodkaster ressuscite les DVD
Recevez la newsletter Le Point.fr

Samsung Galaxy S5 Mini, annonce officielle

Selon les rumeurs, Samsung développe un Galaxy S5 mini qui pourrait être lancé en Juillet. Eh bien, on dirait que les rumeurs avaient raison, car Samsung a officiellement annoncé le Galaxy S5 mini. Le téléphone devrait faire ses débuts en Russie au début de ce mois avant d’aller sur d’autres marchés vers le milieu du mois. Son prix devrait être aux alentours de 650$, bien qu’on suppose que ce prix dépendra du marché sur lequel il est lancé.

Pour ceux qui se posent des questions sur ses spécifications, les voici. Le Galaxy S5 mini a un écran 4.5 pouces HD d’une résolution de 1280×720. Pas vraiment l’écran le plus net, mais étant donné son écran 4.5 pouces, ce ne sera pas trop mal. Il fonctionnera avec un processeur quad-core à 1.4GHz. Samsung ne dit pas de quel processeur il s’agit, mais il a été spéculé que ce sera un Samsung Exynos 3470.

Le téléphone inclut 1.5Go de RAM, un APN 8 mégapixels sur la façade arrière, un APN 2.1 mégapixels sur la façade avant, 16Go de stockage interne extensible via microSD, les connectivités WiFi et Bluetooth, et il y a également un modèle LTE qui comprend aussi la connectivité NFC. La téléphone a une batterie 2100mAh.

Bien que le Galaxy S5 mini ne partage pas les mêmes spécifications haut de gamme comme son grand frère le Galaxy S5, il en a certaines caractéristiques, telles qu’un lecteur d’empreinte digitale intégré dans le bouton home du téléphone, et la certification IP67, pour résister à l’eau et à la poussière. Vous en voulez un ?

Retrouvez cet article sur Ubergizmo FR


Test du LG G3
LG G Stylus, elle remplacerait la gamme LG Vu [rumeur]
Samsung Galaxy S5 Mini, il serait lancé en Juillet
Moto G Google Play Edition, mise à jour vers Android 4.4.4
Samsung Galaxy Core Mini 4G, il est dévoilé en Chine